Jeudi 6 février à 20h00 : « MAHMOUD & NINI OU LE MYSTÈRE D’UNE RENCONTRE ORDINAIRE »

Spectacle en français et en arabe présenté dans le cadre de la Filature Nomade.

Mahmoud l’Égyptien rencontre Nini la Française. Mahmoud est noir. Il est aussi musulman. Nini est blanche, mûre, athée. Mahmoud parle arabe. Nini français. Nini a des idées bien formées sur Mahmoud et le questionne afin qu’il les confirme. Elle a aussi des vues sur Mahmoud – jeune homme arabe bien formé. Mahmoud, arabe poli, répond aux questions françaises de Nini. Mais il ne partage pas ses vues sur la sexualité. Ses vues sur la religion non plus. Quant aux idées de Mahmoud sur la française Nini, elles sont aussi très formées. Tout cela ne va rapidement pas sans crises. De rires, de nerfs, identitaires. D’autant que la traduction simultanée n’arrange pas. Pourtant Mahmoud est un être sensé et sensible. Et Nini, sensible et sensée. Bref ce sont des gens bien.

Comment faire alors ? Ici, parce qu’on est au théâtre et qu’ils sont des personnages, ils décident de tomber les masques. Enfin la vraie rencontre de Mahmoud et de Nini ? Pourtant les crises perdurent. Il ne suffit donc pas de vouloir se comprendre pour y arriver ? Il ne suffit donc pas de se dire affranchi.e des idées reçues pour cesser de blesser l’autre ? Il ne suffit donc pas de parler à la place de tout le monde pour le comprendre, le monde ?

On dirait que la rencontre se prend le mur de la réalité. On dirait une comédie de la réalité ? On dirait une comédie de mœurs orientalistes.

S’il est hors de propos d’affirmer que la rencontre est impossible, il n’est pour autant peut-être pas inutile d’exposer que la seule (bonne) volonté ne suffit pas…

​ Sortiront-ils de cette impasse ? Qu’adviendra-t-il de cette rencontre ? Dépasseront-ils les clichés ou seront-ils condamnés par eux ? Trouveront-ils une voie pour quitter les sentiers rabâchés de la rencontre interculturelle et s’aventurer dans le « mystère d’une rencontre ordinaire » (Éric Chauvier) ? Ce qu’on peut en tout cas affirmer, c’est qu’ils traverseront quelques crises (de rires et de nerfs notamment), et quelques danses – du ventre, cela va de soi, ou carrément égyptienne, de profil donc…

Palais de la Régence, entrée libre, sur réservation

Organisation : Ville d’Ensisheim (03 89 83 32 10)

Les commentaires sont fermés.